Des collectionneurs blindés mais pas bling bling…

Publié le par regardE-MOI

          I.    Les de Mesnil, des collectionneurs blindés mais pas bling bling, lui ont proposé d’aménager une chapelle, à Houston. Elle fascine Rothko avant même d’exister. Il pense à la chapelle et vous, vous pensez à la chapelle à laquelle il pense. À cette minute, il y a sans doute autant de chapelles que de spectateurs dans cette salle. Une collection hétéroclite de lieux de recueillement.

      III.    Rothko accumule les dessins préparatoires. Assombrit sa palette. Voudrait que les spectateurs soient immergés. S’arrête sur une forme octogonale. Une construction en panneaux géométriques placés à la verticale, tout autour de vous. La morphologie du bâtiment est à la fois une mise en scène et une mise en condition. Vous êtes Jonas dans le ventre de la baleine bleue ou le Chaperon rouge dans celui du loup : prisonnier. Vous pouvez laisser libre cours à votre claustrophobie.

     IV.    Il a peint ses toiles, défini leurs emplacements, mais il ne les a jamais vues in situ. Il est mort avant. Une fois le projet bouclé. Il ne restait qu’à l’installer, ce qui est fait. Moi non plus je ne l’ai jamais vu. Mais j’ai l’impression que j’ai déjà parcouru cet octogone violine. J’y pense sans jamais y être allé. Je processionne lentement. J’imagine des panneaux amovibles, précisément assemblés, comme l’obturateur d’un appareil photo qui s’ouvrirait à mon passage. Je pense à Moïse, et je marche dans la couleur. 

   

Commenter cet article