La presse en parle

Publié le par regardE-MOI

Un article de Fabrice Malkini, sur le site Forum Opéra

 

 

Le dernier soir, il s'agissait d'une performance mise en espace par Pierre-Alain Four (directeur artistique de l'Ensemble Boréades). Dans la même chapelle baroque du Sacré-Cœur, on assistait au passage de la parole au chant, à la juxtaposition de l'œuvre ancienne (Bach) ou moderne (André Caplet, Petr Eben, Kodaly) et du texte contemporain posant la question de l'art, de l'artiste et du statut du public. Plongée dans l'ivresse baroque des voix talentueuses de Delphine Ardiet, Caroline Adoumbou-Marmond, Fanny Mouren, oscillation constante entre l'abandon à la musique lié à l'élévation spirituelle (Hager Hanana, au violoncelle baroque, d'abord lointaine et invisible, puis assise juste devant les spectateurs, virtuose et recueillie à la fois) et la distanciation quasi brechtienne provoquée par un texte qui interpelle le public, s'adressant à lui tout en parlant de l'essence de l'art. Splendide déambulation des cantatrices, prenant peu à peu possession de l'ensemble de la chapelle, situées tout à tour au-dessus (et la musique semble alors sourdre de la pierre), devant, sur les côtés, derrière - surplombant le public, l'enveloppant de leurs voix, se mêlant à lui. Les auditeurs saluent avec enthousiasme cette belle réussite d’une entreprise audacieuse. [FM]

 

link

Commenter cet article