Une scénographie avec un matériau unique : le feutre

Publié le par regardE-MOI

 En référence à Rothko, comme une transposition de ses toiles luminescentes, et à un certain nombre d’autres artistes contemporains -notamment Joseph Beuys et Robert Morris- le feutre sera utilisé pour la fabrication des décors. Disponible dans des épaisseurs très variées, le feutre peut être rigide ou au contraire extrêmement fluide, il permet des découpes complexes, tout en étant maniable etc. Ce sont ses propriétés plastiques, sa capacité à être à la fois étouffant et aérien, sensuel et rugueux, sa faculté à absorber la couleur, qui nous intéressent tout particulièrement.


Ce matériau permettra d’élaborer un décor manipulable, constamment réagencé par les acteurs, pour proposer à la fois des images, mais aussi participer à l’évocation du rite ou du cheminement lorsqu’on parle de « chorégraphie ». Ces objets en feutre seront assemblés à vue, prolongeant cette idée de cheminement et de work in progress que constitue une approche de la foi.

Commenter cet article