Pourquoi Mark Rothko ?

Publié le par regardE-MOI

  Bien qu’il s’en soit défendu, Rothko est souvent perçu comme un peintre majeur de la spiritualité. Délaissant toute narration au profit d’une abstraction qualifiée d’expressionniste par les critiques de son temps, le peintre par des formes qui semblent surgies du néant, des associations de couleurs fascinantes et inédites, parvient à déclencher une puissante gamme de sensations.

 

Émus par une abstraction ? Touchés sans le soutien de la narration ? En cela, les Suites de Bach et les toiles de Rothko se rejoignent : elles peuvent susciter, comme peut le faire le sentiment amoureux, des émotions inconnues, des vibrations jusqu’alors insoupçonnées par celui qui les vit.

 

Dans regardE-MOI, c’est la peinture de Rothko qui est une source d’inspiration. Ses toiles ne sont pas présentes, mais elles guident le travail sur la scénographie, les costumes et surtout, les couleurs, les contrastes. Elles façonnent l’univers esthétique du spectacle, car elles sont une source pour la mise en scène, et une plage de contemplation pour le spectateur.

 

D’autres artistes associés à l’expressionnisme abstrait et / ou à l’abstraction lyrique comme Robert Motherwell, Pierre Soulages, Joan Mitchell, Jackson Pollock, Olivier Debré, Franz Kline, Alfred Manessier ou encore dans une autre perspective Joseph Beuys ou certaines performances ayant le corps pour sujet, sont aussi mise à contribution pour regardE-MOI.

Commenter cet article